La jeune maman a fait preuve d’une détermination impressionnante. En effet, comme, elle en témoigne malgré les douleurs ressenties avant même de quitter son domicile au petit matin, « j’ai pris mon courage à deux mains, je suis allée en salle d’examen sans rien expliquer à mon mari, ni au délégué du ministère (de l’éducation), de peur qu’on me demande de rester à la maison ou d’aller voir mon médecin. C’était inimaginable que je rate une seule épreuve de mon examen que j’ai préparé toute l’année », a-t-elle confié par téléphone à l’AFP.

  

Les faits se sont déroulés au collège-lycée Grand-Ducal de Mamou, à quelque 250 km à l’est de Conakry. C'est un surveillant qui a donné l’alerte à 8h30 après le début de l’épreuve de physique. Ainsi, l'alerte a conduit à l'évacuation de la future jeune maman vers une maternité d'un centre de santé. Après avoir donné naissance à un petit garçon, elle retourne en salle d’examen vers 9h10 comme le raconte l'intéressée: 

 « J’étais heureuse d’avoir mis au monde un petit garçon, mais angoissée de rater » l’examen, se souvient-elle. « Lorsque mes proches sont arrivés à la maternité, j’ai fait une toilette rapide et j’ai filé en salle d’examen, au grand étonnement du personnel médical, de ma famille et de tout le monde au centre d’examen ». 

Son époux se dit « heureux » et « raconte cette histoire insolite à tout le monde, surtout à ceux qui prennent le temps d’aller à la maison voir cette brave femme et d’embrasser le nouveau-né », a confié un proche de la famille, en souhaitant que le jeune enfant soit prénommé « Espoir ». 

Cette brave jeune dame doit servir d’exemple à tout un continent. Avec de la détermination et une motivation sans faille, il est possible de soulever des montagnes. 

 

Point2Vue.net